Bienvenue sur MichaelMurrayGuitar.com
English Deutsch Русский Türkçe 中文      

L’état actuel de l’enseignement de la guitare

Il y a eu une amélioration notable du niveau de l’enseignement de la guitare depuis une trentaine d’années, cependant je suis de l’avis que l’état actuel de l’enseignement de l’instrument laisse encore beaucoup à désirer. Ceci a à voir avec l’histoire de la guitare à la fois dans les traditions musique classique et populaire. En tant qu’instrument de musique classique la guitare peut se targuer d’un passé beaucoup plus riche qu’on lui attribue souvent, mais celui-ci ne peut se mesurer à l’héritage du piano ou du violon, et plusieurs autres instruments orchestraux. Alors que la guitare classique a connu des heures de gloire dans un petit nombre de villes lorsque des virtuoses y étaient actifs, des instruments tel le piano et le violon profitèrent d’une renommée immense dans toutes les capitales d’Europe. Un des points culminants de l’histoire de la guitare s’est produit sans contredit aux alentours de 1820, à Paris, lorsque les guitaristes et les compositeurs célèbres tels Fernando Sor, Dionisio Aguado, Ferdinando Carulli, Matteo Carcassi et Napoleon Coste s’y produisaient tous. Pourtant une telle concentration de guitaristes et de compositeurs dans le Paris de cette époque demeure dérisoire par rapport au nombre de pianistes et de violonistes compositeurs qui s’y produisaient également. De plus, la plupart des grandes villes européennes comptaient une scène musicale, dominée par le piano et le violon, tout à fait comparable à celle de Paris, alors que la guitare se faisait remarquer à peu près uniquement dans la capitale française. Par conséquent, encore que plusieurs des guitaristes compositeurs nommés précédemment ont écrit des méthodes de guitare, pour une de celles-ci on compte par centaines des méthodes publiées pour le piano et le violon. De plus, alors que la méthode de guitare souvent cessait d’évoluer après la mort de son auteur, la méthode de piano et de violon, même après la disparition du maître, poursuivait son développement pour se transformer en école d’interprétation, assurant ainsi la continuation d’un mouvement pédagogique particulier. Par conséquent, le piano et le violon ont profité de l’épanouissement d’écoles de formation musicale très fortes alors que la guitare manquait de méthodes pédagogiques solidement établies. Ce n’est qu’assez récemment que quelques professeurs de guitare se sont mis à la tâche de corriger cette situation.

La guitare a également fait sa marque dans l’histoire de la musique en tant qu’instrument de musique traditionnelle et populaire. Cependant, la majeure partie de cette musique était simple et peu exigeante sur le plan technique et n’a donc pas conduit au développement d’écoles de pédagogie. Au 20e siècle la guitare devient carrément l’instrument de musique traditionnelle et populaire dominant, mais encore une fois cette musique demeure d’une facture peu sophistiquée et sans défi particulier sur le plan technique. Néanmoins, avec le temps, ces formes musicales se sont développées en sous-genres qui sont plus prenants au niveau technique, tel le « shredding heavy metal  » et le doigté pincé virtuose sur guitare acoustique, mais ce n’est que tout récemment que des méthodes ont vu le jour pour encadrer l’enseignement de ces genres. Encore une fois on ne peut que déplorer que la pédagogie pour l’apprentissage de la guitare traîne derrière celle des autres instruments.

L’enseignement de la guitare est cependant supérieur en ceci: l’absence d’écoles établies a conduit à un style d’enseignement moins rigide et à une plus grande flexibilité dans l’enseignement de différents styles. Par exemple, il est plus probable qu’un professeur de guitare classique enseignera à un étudiant des chansons blues ou rock qu’un professeur de piano classique. Souvent, en marge du répertoire plus difficile et exigeant sur le plan technique qu’ils enseignent, les professeurs de piano pourraient aisément choisir de faire travailler une pièce de blues ou de boogie-woogie à leurs étudiants, mais cela se fait rarement. Ceci est à déplorer puisque une telle ouverture augmenterait sans doute l’enthousiasme de beaucoup d’étudiants pour leur instrument. Heureusement, la pédagogie pour la guitare, malgré toutes ses lacunes, fait preuve d’assez de souplesse et l’étudiant a souvent l’occasion d’explorer plusieurs styles différents.

Il est difficile de trouver un bon professeur de musique peu importe l’instrument considéré, mais la tâche s’avère plus ardue encore dans le cas de la guitare. Bien qu’il y ait certainement beaucoup de professeurs de guitare, le pourcentage de ceux qui peuvent être considérés très compétents est moindre que pour les autres instruments. La qualité fait également problème pour les méthodes de guitare et le matériel pédagogique offerts. Bien que de plus en plus de bonnes méthodes arrivent sur le marché, ce n’est pas sans peine qu’on arrive à les trouver parmi le lot d’ouvrages moins intéressants. Bien sûr, il y a de bons professeurs de guitare, mais encore faut-il faire l’effort pour les découvrir. C’est pourquoi je recommande qu’on fasse suffisamment de recherche avant d’arrêter son choix.