Bienvenue sur MichaelMurrayGuitar.com
English Deutsch Русский Türkçe 中文      

Les fabricants de guitares

Lorsqu’on achète une guitare, ou tout autre instrument de musique, il faudrait garder à l’esprit que tous les fabricants fonctionnent à partir des mêmes principes d’affaires que toute autre entreprise, c’est-à-dire ils vendront un produit d’une qualité moindre à un prix plus élevé s’ils le peuvent. Heureusement, la concurrence sur les marchés fait obstacle à leur volonté d’aller trop loin dans cette direction, mais à la condition que le consommateur soit bien informé. Par conséquent, il revient à ce dernier de bien s’informer pour s’assurer que la qualité de la guitare qu’il achète reflète le prix qu’il la paie.

Une courte histoire de l’industrie de la guitare de masse bas de gamme

Les guitares acoustiques

Il y a trente ans, ou plus tôt encore, la plupart des guitares bas de gamme étaient d’une construction déficiente, fabriquées avec de mauvais matériaux et s’avéraient difficiles à jouer. La plupart des joueurs d’un certain âge se souviendront du chaudron sur lequel ils ont commencé. À cette époque la plupart des guitaristes ont progressé en dépit de leur premier instrument plus souvent qu’autrement. Heureusement les choses ont beaucoup changé depuis et des guitares bas de gamme de qualité sont maintenant faciles à trouver. Il est très important qu’un étudiant débutant puisse compter sur une guitare facile à jouer. Des instruments d’une piètre jouabilité ont conduit un grand nombre de personnes qui autrement auraient pu devenir d’excellents guitaristes à abandonner l’instrument.

Le premier changement a été l’arrivée dans l’industrie de fabricants asiatiques, tel Yamaha. Ces compagnies ont pu produire sur une grande échelle des instruments qui, bien que toujours fabriqués à partir de matériaux bon marché, en n’étaient pas moins bien construits, durables et faciles à jouer. Ces fabricants ont aussi compris que la plupart des acheteurs d’une première guitare ne savent pas distinguer les qualités d’un instrument et donc qu’il suffit que celui-ci soit d’une belle apparence et semble raisonnablement bien fait pour qu’ils l’achètent. Quoi qu’il en soit, leurs guitares marquaient une grande amélioration sur les instruments pour débutant offerts auparavant, mais ils leur manquaient encore une propriété importante : une sonorité de qualité. L’étudiant débutant n’était plus rebuté par la jouabilité de son instrument mais sa sonorité demeurait celle d’une guitare bas de gamme. Ceci était à mettre sur le compte de l’utilisation de contreplaqué et de vernis épais appliqué sur la guitare. Le contreplaqué est durable, mais ne résonne pas aussi bien qu’un bois plein et les vernis épais, pour leur part, embellissent la guitare mais amortissent les vibrations de la table d’harmonie, qui joue un rôle déterminant dans la production du son. Ces guitares sont idéales pour un usage dans des conditions difficiles (lorsque jouées autour d’un feu de camps, à des fêtes, ou encore lorsqu’elles sont malmenées par des enfants), mais seront moins appréciées par le musicien qui recherche un instrument avec une riche sonorité et qui prend bien soin de son instrument.

La première grande compagnie à se soucier sérieusement de la sonorité dans la production de guitares bas de gamme a été l’entreprise canadienne Godin (LaPatrie, Norman, Seagull, Art & Lutherie, Simon & Patrick). D’autres grandes entreprises, tel Martin, ont produit des instruments qui étaient conçus avec une préoccupation pour la sonorité, mais à un prix trop élevé pour les moyens financiers de la majorité des débutants. Godin a décidé d’essayer d’incorporer les caractéristiques d’une guitare haut de gamme, y compris une bonne sonorité, dans leurs modèles bas de gamme. Ce fabricant a largement réussi à le faire en déterminant d’une part quels éléments étaient essentiels à la qualité sonore de l’instrument et en intégrant ceux-ci à ses guitares, et d’autre part en éliminant tout composant dont la fonction était surtout d’ordre esthétique. Les deux éléments clé pour la qualité sonore sur lesquels s’est penché le fabricant sont l’utilisation d’une table d’harmonie de bois plein pour la plupart de ses guitares et l’application d’une mince couche de vernis. Par ailleurs, le virage envisagé par l’entreprise a été favorisée par l’abondance de bois au Canada, qui lui garantissait un approvisionnement moins coûteux que celui de ses concurrents. Il est difficile d’exagérer la différence de sonorité entre une guitare avec une table d’harmonie en bois plein et celle dont la table d’harmonie est en contreplaqué. Bien qu’une guitare avec une table d’harmonie en bois plein qui est mal construite offrira toujours une piètre sonorité, une guitare avec une table d’harmonie en contreplaqué ne produira jamais le son d’une guitare avec une table d’harmonie en bois plein qui est bien conçue du fait que le contreplaqué ne peut tout simplement pas vibrer à la manière du bois plein. Une mince couche de vernis bien sûr ne protège pas l’instrument aussi efficacement que les couches plus épaisses, mais ils permettent à la table d’harmonie de bien vibrer, ce qui est crucial pour obtenir un beau ton. De telles guitares n’ont pas la robustesse nécessaire pour jouer autour d’un feu de camp, mais si vous en prenez bien soin elles sont d’une qualité infiniment supérieure aux marques qui offrent des tables d’harmonie en contreplaqué recouvertes d’un vernis épais. L’entreprise Godin a pris de l’ampleur et s’est s’accaparée une part de marché significative, de telle sorte que les autres fabricants ont dû réagir et améliorer leurs propres marques. Au cours des dix dernières années j’ai remarqué une amélioration notable des guitares fabriquées par plusieurs des concurrents de Godin et ces derniers ont aussi commencé à offrir des guitares avec une table d’harmonie en bois plein à des niveaux de prix plus bas qu’auparavant. Je dirais qu’actuellement les guitares Yamaha sont d’une qualité comparable aux instruments Godin, mais la plupart des autres compétiteurs n’offrent pas encore un ratio qualité/prix au niveau de ces deux fabricants.

Les guitares électriques

Comme c’était le cas pour les guitares sèches, les guitares électriques bas de gamme étaient d’une très mauvaise qualité jusqu’à ce que les manufacturiers asiatiques se lancent dans la production industrielle de guitares. Puisque le son de la guitare électrique n’est pas produit par le bois de l’instrument seulement, l’utilisation du contreplaqué ou de bois meilleur marché par les manufacturiers asiatiques n’avait pas d’effet sur la qualité du son de ces instruments au même degré que pour les guitares acoustiques. Ceci se rajoutant au fait que les manufacturiers asiatiques ont peu à peu amélioré la technologie et le prix d’entrée sur le marché de micros convenables (l’autre élément de la guitare qui influence sa sonorité) signifiait qu’ils fabriquaient à l’époque des guitares électriques d’un son supérieur à celui des guitares acoustiques.

Bien que le bois soit d’une importance moindre en ce qui regarde les guitares électriques, une autre préoccupation est d’accorder les guitares bas de gamme. Un grand nombre de guitares bon marché se désaccordent constamment. C’est pourquoi je recommande toujours qu’on dépense un peu plus à l’achat d’une première guitare électrique qu’on le ferait pour une guitare acoustique. Les guitares électriques de moins de 400 $ ont comme problème majeur de se désaccorder constamment alors que les guitares acoustiques dans la même fourchette de prix n’ont pas ce problème. Ceci dépend de plusieurs facteurs associés à la construction de la guitare électrique, par exemple son manche est moins solidement fixé au corps que ce n’est le cas pour la guitare acoustique et ses cordes sont très minces et montées à tension moindre. Par conséquent, accorder une guitare électrique fabriquée de matériaux de moindre qualité et d’une construction moins soignée peut s’avérer problématique.

Les noms de marque

À l’achat de leur première guitare, la plupart des gens finissent par choisir un instrument de marque connue et cela est normalement une bonne décision. Une marque connue offre une certaine garantie de qualité et on peut souvent faire réparer ou remplacer l’instrument à l’endroit où il a été acheté s’il est défectueux.

Ceci étant dit, des marques connues comme Fender et Gibson offrent des séries bas de gamme (Fender Squier et Gibson Epiphone) qui ne m’impressionnent pas par leur qualité. Après avoir vu plusieurs ateliers asiatiques fabriqués des copies escomptées de leurs guitares d’une qualité variable, les manufacturiers Fender et Gibson ont tous les deux décidé de fabriquer leurs propres versions des copies asiatiques. L’idée n’était pas mauvaise en soi si elle avait été mise œuvre correctement, mais je ne suis pas particulièrement épaté par le contrôle de la qualité et les résultats obtenus par Fender et Gibson. Fender fabrique aussi quelques guitares milieu de gamme au Mexique, et bien que de qualité moindre bien sûr que les guitares Fender américaines dispendieuses, elles sont de beaucoup supérieures aux Fender Squier fabriquées en Asie. La gamme Epiphone s’est hissée dans une fourchette de prix plus élevée (l’équivalent des Fenders mexicaines) et à ce niveau (environ 500 $ et plus) les guitares sont raisonnablement bonnes. Donc, je recommanderais à celui qui veut acheter une guitare Fender ou Gibson sans avoir les moyens de s’acheter leurs modèles dispendieux fabriqués dans leurs ateliers américains d’éviter leurs marques bas de gamme et d’acquérir plutôt une guitare milieu de gamme, une Fender mexicaine ou une des Epiphones plus dispendieuses. Il n’est pas sans intérêt de se rappeler qu’Epiphone a déjà été un très respecté manufacturier de guitares, avec une longue histoire, de taille à concurrencer Gibson pendant plusieurs années, jusqu’au jour où Gibson en a fait l’achat et a transformé la marque pour en faire son offre bas de gamme. L’Epiphone d’époque sur laquelle vous pouvez voir se produire un grand nom du blues est probablement une excellente guitare de la période pré-Gibson qui a peu en commun avec les Epiphones d’aujourd’hui.

Les marques sans nom

Certains magasins offrent des guitares qu’ils ont commandées directement eux-mêmes d’ateliers, souvent en Asie. En principe, une telle pratique n’a rien de répréhensible si un bon contrôle de la qualité est mise en œuvre, sauf qu’en pratique cela est rarement le cas. La majorité des guitares de cette catégorie que j’ai pu voir avaient eu des problèmes et étaient soit mal construites, soit fabriquées avec de mauvais matériaux, quand ce n’était pas les deux à la fois. Les magasins qui vendent de telles guitares ne peuvent pas les garantir comme le font les magasins offrant des marques connues. De plus, ces magasins annoncent des ventes avec des escomptes majeurs, mais puisque le détaillant est de fait le véritable fabricant de la marque il peut établir lui-même le prix de détail suggéré du manufacturier (PDSM). Bien que le PDSM d’une marque connue soit typiquement un peu plus élevé que le prix auquel la guitare est vendue, ce prix vous donne une idée objective de la valeur de la guitare et ce prix se retrouve sur l’Internet. Par contre, un magasin qui produit ses propres guitares peut déclarer le PDSM qu’il veut, c’est-à-dire prendre une guitare d’une valeur de 300 $, ensuite déclarer que le PDSM est 1 000 $ et que la guitare est en solde à 400 $, avec un rabais de 60%.

Comment déterminer qu’une guitare est une marque connue ou un instrument sans nom? Certaines marques sans nom portent le nom du magasin et sont donc faciles à identifier. Plusieurs portent un nom que lui a donné le magasin. La meilleure façon de voir si une guitare est une marque sans nom est de la rechercher sur Internet. Un fabricant de marques connues aura son propre site web et on trouvera beaucoup d’autres informations sur ses guitares sur l’Internet, y compris des comptes rendus. Peu de fabricants de guitares sans nom ont un site web et l’information sur leurs guitares s’avèrent souvent difficile à trouver. Il existe une exception à la règle qui veut qu’il soit préférable d’éviter l’achat de guitares sans nom et c’est lorsqu’un détaillant commissionne un fabricant reconnu de produire pour lui une guitare portant le nom du magasin. Un exemple de cette pratique au Québec nous est donné par la chaîne de magasins Archambault qui offre une gamme de guitares fabriquées par Godin. Puisque la guitare est fabriquée par un fabricant réputée, le magasin, pas plus que le fabricant, n’essaie de cacher l’origine de l’instrument. De fait, la guitare offerte est tout simplement un modèle spécial ou exclusif fabriqué pour un certain détaillant.

Les détaillants à grande surface et les guitares annoncées à la télé

Les détaillants à grande surface vendent souvent des guitares de niveau débutant. Malheureusement, ces guitares sont souvent de très mauvaise qualité, c’est-à-dire d’une qualité comparable aux guitares pour débutant d’il y a 30 ans. De même pour les guitares achetées par le truchement d’un marketing télé. En dépit des assurances de qualité avancées par le porte-parole, plusieurs de ces guitares deviennent injouables en moins d’une année. C’est le type de guitare que j’éviterais à tout prix puisqu’elles ne dureront pas et qu’elles apporteront d’inutiles frustrations au guitariste débutant.

Conclusion

Les guitares sont très abordables comparées à d’autres instruments. Pour 300 $ vous pouvez vous acheter une guitare convenable qui fera parfaitement le bonheur de nombreux musiciens aussi longtemps qu’ils joueront. Il est beaucoup plus sage de dépenser 300 $ pour l’achat d’une guitare qui va durer et que vous aimerez que de dépenser 150 $ pour une guitare qui va vous frustrer, nuire à votre apprentissage de l’instrument et nécessiter bientôt des réparations. Sauf si vous connaissez à fond les guitares, limitez votre choix aux marques connues et apprenez tout ce que vous pouvez sur les mérites et démérites des modèles offerts.

Le sort d’une mauvaise guitare

La guitare qui apparaît ci-dessous était à un de mes étudiants. Un jour, en arrivant à son cours, il l’a sortie de son étui dans l’état qu’on voit ici. Faire réparer cette guitare aurait coûté plus cher que ce qu’elle valait. Par conséquent, il a été obligé de s’acheter une nouvelle guitare.

Broken Guitar

 

 

Prochain article: Guitares usagées ou guitares neuves ?

 

Page finale: Les marques recommandées